ca-sexplique-declaration-impot-revenu-canada

C'est la saison des impôts et la majorité des gens n'ont pas encore fait parvenir leur déclaration de revenus aux autorités fiscales. C'est un moment de l'année complexe pour la plupart, amusant pour quelques-uns (je salue les comptables!). Cela dit, les gouvernements travaillent fort à soulager, de plus en plus, la déclaration de revenus des personnes de 60 ans, 65 ans et 70 ans.

Trois exemples, tirés des budgets du Québec et du Canada, cette année.

D’abord, Québec a annoncé le 21 mars une nouvelle bonification du crédit d’impôt pour la prolongation de carrière. Déjà, dans votre déclaration de 2018, celle que vous devez produire en ce moment, la porte d’entrée à ce crédit a été devancée, de 63 ans à 61 ans. En 2019, le crédit sera disponible dès l’âge de 60 ans et les montants seront augmentés de façon substantielle.

Les revenus admissibles au crédit passent à 10 000 $ pour les travailleurs de 60 à 64 ans, ce qui pourra se répercuter sur votre déclaration de revenus de 2019 que vous allez préparer à l’hiver-printemps 2020. Québec évalue la baisse d’impôt additionnelle maximale à 150 $ pour une personne de 64 ans, 450 $ à 63 ans, à 750 $ pour un travailleur expérimenté de 62 ans, à 1050 $ pour les gens de 61 ans et à 1500 $ pour une personne de 60 ans.

Il faut dire que le Québec a besoin de ces travailleurs expérimentés. En 2018, le taux d’emploi des 60-64 ans était de 48,5 %, contre 54,8 % en Ontario. Chez les 65 ans et plus, le taux d’emploi au Québec était de 10,3 %, contre 13,7 % en Ontario.

Le ministère des Finances calcule qu’aux mêmes taux d’emploi qu’en Ontario, le Québec compterait près de 90 000 travailleurs de plus. Je vous rappelle qu’on évalue le manque de main-d’oeuvre au Québec à près de 120 000 emplois actuellement.

Soutien aux entreprises qui embauchent des travailleurs expérimentés

À noter que les entreprises qui choisissent de fournir des emplois à des travailleurs expérimentés auront droit à un crédit d’impôt relatif à des charges sur la masse salariale. Il s’agit d’un crédit de 50 % pour les travailleurs de 60 à 64 ans et de 75 % pour les travailleurs de 65 ans et plus.

La réduction du bassin de travailleurs potentiels au Québec, de 15 à 64 ans, va réduire la croissance économique de 0,2 à 0,3 point de pourcentage par année sur le PIB, dès 2020 selon les prévisions du ministère des Finances.

Bonification du SRG à Ottawa

Pour les personnes de 65 ans et plus, le gouvernement fédéral a annoncé son intention de bonifier l’exemption de gains du Supplément de revenu garanti (SRG). Toutefois, il faudra attendre l’année de prestation qui couvre la période allant de juillet 2020 à juillet 2021 pour avoir accès à ce programme bonifié.

Toujours dans l’objectif d’encourager les personnes qui approchent de la retraite à demeurer au travail, et pour leur permettre aussi d’augmenter leurs revenus, Ottawa a décidé d’étendre l’admissibilité à l’exemption des gains au revenu tiré d’un travail indépendant.

Ainsi, pour une personne qui a droit à des sommes en vertu du Supplément de revenu garanti, une exemption complète ou partielle sera disponible sur un revenu d’emploi ou de travail indépendant de 15 000 $ annuellement. L’exemption complète passe de 3500 à 5000 $. Une exemption de 50 % est instaurée sur 10 000 $ de revenus au-delà du 5000 $ initial pour chaque bénéficiaire de SRG.

200 $ pour les personnes de 70 ans

Pour les personnes de 70 ans ou plus, Québec a créé, en décembre dernier, un nouveau crédit d’impôt remboursable de 200 $ par personne à faible revenu. Ce crédit est déjà disponible pour l’exercice 2018, donc dans la déclaration de revenus que vous préparez actuellement.

Les aînés pourront ainsi bénéficier de cette mesure au moment de la production de leur prochaine déclaration de revenus au printemps 2019. Ce crédit d’impôt remboursable vise à améliorer le soutien apporté aux aînés les plus démunis. Un aîné vivant seul et touchant moins de 22 500 $ aura droit au crédit maximal de 200 $. Pour un couple, le crédit atteindra 400 $ chez les ménages touchant moins de 36 600 $.

À ces mesures s’ajoutent différents investissements et soutiens que les gouvernements ont annoncés pour les aînés, les proches aidants, les soins à domicile, notamment.

Article provenant de Radio Canada publié le 3 avril 2019.